institut pour la ville en mouvement

le journal de l'ivmretour actions

city on the move…

Les mobilités
dans la ville la nuit
comment faciliter les mobilites de ceux
qui travaillent et qui bougent la nuit ?


Le forum international des mobilités nocturnes
Une nuit à Paris…la génèse du programme
Avec le programme « la ville la nuit », l’IVM engage
une véritable prospective de la ville

Noctambulle, un premier test à Belfort



Forum international, Rome
Les mobilités les villes la nuit
22, 23, 24 avril 2004


télécharger le programme

En partenariat avec
la Maison du Temps et de la Mobilité de Belfort-Montbéliard, la ville de Rome
et le soutien du PREDIT

A l’invitation de la municipalité de Rome, ce premier forum des mobilités nocturnes s’inscrit dans le programme global de l’Institut pour la ville en mouvement sur les « mobilités dans la ville la nuit » et bénéficie du soutien du PREDIT. Il réunira des représentants des villes européennes ayant participé aux enquêtes, des opérateurs de transports, des architectes, des urbanistes, des chercheurs, des universitaires, des designers, des artistes et des représentants d’associations intéressés par la question des mobilités nocturnes. Il permettra de diffuser les enjeux de la problématique des villes la nuit ; de présenter les premiers résultats des enquêtes et des traversées nocturnes et d’imaginer de nouvelles modalités de fonctionnement entre les quartiers de la ville qui dort, de la ville qui circule, de la ville qui travaille et s’approvisionne et de la ville qui s’amuse. L’accent sera également mis sur les questions d’inégalités d’accès, de concurrence entre voiture individuelle et transport en commun, de conflits d’usage, de nuisance et de sécurité.
Rendre la ville plus accessible et plus hospitalière
Cette rencontre permettra de mieux appréhender l’évolution de l’offre, de la demande et des pratiques de mobilités nocturnes et d’identifier les problèmes et les innovations dans le domaine. Elle conduira alors à la construction des bases d’un réseau international de recherche et d’expérimentations croisées afin de rendre la ville la nuit plus accessible et plus hospitalière.
Les grands moments du forum :
L’introduction à la ville la nuit
Un premier état des lieux de l’offre et de la demande en matière de mobilité nocturne
Des études de cas détaillées
La mise en réseau et le lancement de projets de recherche, d’échanges et d’expérimentations
Des moments d’immersion dans la nuit romaine à travers deux expériences : traversée nocturne et expérimentation Troll.
La construction d’un réseau international des partenaires

télécharger le programme

E-mail: mtm@maisondutemps.asso.fr
www.u-night.org

Chef de projet :

Luc GWIAZDZINSKI, géographe, chercheur au laboratoire Image et ville (UTB)




Une nuit à Paris…
la génèse du programme
« ville la nuit »

En février 2002, l’Institut pour la ville en mouvement investit Paris et sa région et la livre au regard croisé de personnalités de tous horizons. Géographe, architecte, infirmière de nuit, commandant de police, animateur culturel, industriel, musicien, réalisateur, élu municipal, designer, médiateur social, commerçant partent pour une traversée nocturne de Paris et de sa région.

Leur missions : Etudier les valeurs et les représentations véhiculées par la nuit sur quatre itinéraires (est / ouest ; nord / sud ; nord / nord Est ; sud / sud ouest) afin de proposer dans un second temps des solutions originales pour faciliter les mobilités nocturnes. Il s’agissait donc de pénétrer dans la dimension oubliée de la ville, d’explorer la ville sans à priori en jouant avec le hasard tout en suivant une méthode précise : d’abord observer et noter tout ce qui croise notre regard, même le plus commun. Ensuite, imaginer et se laisser aller à rêver la ville comme elle nous serait plus agréable. Et enfin, créer et mettre en commun toutes les idées qui avaient pu émerger de cette nuit. Le tout a fait l’objet de séances de créativité qui ont notamment abouties à la définition d’une méthode originale déjà déclinée sur d’autres villes et territoires
à Nancy en novembre 2003 (Programme temps et territoire DATAR)
à Paris en octobre 2003 (Programme européen EQUAL)
Un premier partenariat avec la radio le Mouv a également été lancé avec deux émissions de radio sur la ville la nuit en direct, un programme spécial sur l’approche de la nuit pendant les nuits blanches de Paris et une traversée de Sarajevo.
Les partenaires intéressés par la question en Europe et la mise en place d’une base de données ont pu être identifiés. Le programme « la ville la nuit » a émergé.

Pour en savoir plus téléchargez le programme de la traversée de Paris 2002 et la présentation de la traversée (3,2mo)




Avec le programme
« la ville la nuit », l’IVM engage
une véritable prospective de la ville


La ville a une existence rythmée par l’alternance jour-nuit. Progressivement pourtant, les activités humaines s’émancipent des contraintes naturelles. Le jour, la nuit, les saisons…Ce déploiement du temps de la vie urbaine exige une offre de mobilité permanente à laquelle nos organisations ne sont pas toujours préparées.
Expériences et innovations ont émergé localement afin de répondre à ces nouveaux besoins de mobilité nocturne. Pourtant, à ce jour, aucun recensement de cette offre nouvelle, de ces bonnes pratiques et expérimentations et aucune analyse de ces nouveaux besoins de mobilité de nuit n’ont encore été effectués à une échelle internationale. Seuls quelques travaux et contacts déjà pris avec différentes collectivités permettent d’imaginer l’ampleur du phénomène.

L’Institut pour la ville en mouvement se propose d’analyser comment les villes gèrent leurs mobilités la nuit et d’initier des expérimentations utiles. Plus largement et à travers l’étude des mobilités et de la nuit urbaine, c’est aussi une prospective de la ville qui s’engage.
La mission s’organise autour de trois axes :
Un état des lieux international des mobilités nocturnes ;
Une Sensibilisation et une mise en réseau des acteurs ;
Des expérimentations


Etat des lieux international des mobilités nocturnes
L’état des lieux international des mobilités nocturnes se fonde dans un premier temps sur deux enquêtes. Une première enquête est effectuée auprès d’une vingtaine d’agglomérations européennes.
Un questionnaire est notamment envoyé à chaque groupement de partenaires locaux (collectivité, transporteur, université, association) entre septembre et octobre 2003. Des rencontres sont organisées sur place entre l’IVM et les acteurs territoriaux pour mieux analyser les nouveaux services et tenter une première évaluation.
Une seconde enquête est réalisée auprès de la population avec des partenaires locaux (Universités, associations)
En parallèle, des traversées de villes la nuit sont effectuées par le chef de projet, Luc Gwiazdzinski, géographe, accompagné d’un journaliste de la radio « Le Mouv » et de partenaires locaux identifiés. Un atelier de créativité permettra de faire émerger les enjeux et les problèmes.


Sensibilisation et mise en réseau des acteurs
L’IVM organise avec la ville de Rome un forum européen sur les mobilités nocturnes à Rome du 23 au 25 avril 2004. Ses objectifs sont multiples :
Permettre un premier recensement des bonnes pratiques de mobilité nocturne, des expérimentations et des nouveaux besoins de la population ;
Rendre possible un échange entre les différents partenaires et acteurs des mobilités : associations, transporteurs, collectivités, universités ;
Sensibiliser d’autres territoires, sociétés ou organisations à ces travaux, et mettre cette question des mobilités nocturnes à l’agenda européen et lancer un vaste débat ;
Plus largement, poser la question du développement des activités nocturnes, de l’émergence d’une ville 24h/24 par rapport à un mobile de développement durable et imaginer de nouvelles modalités de fonctionnement entre les quartiers de la ville qui dort, de la ville qui circule, de la ville qui travaille et s’approvisionne et de la ville qui s’amuse.
A la suite de ce forum, une « charte sur les mobilités nocturnes » en Europe sera rédigée. La construction d’un réseau international des partenaires sur la question des mobilités nocturnes pourra alors naturellement émerger.


Expérimentations
Au sein d’une des équipes du projet nuit est né un concept. Troll : Lâcher dans les rues de la ville la nuit une famille de « trolls », entités mobiles individuelles ou collectives capables de susciter la poésie, le décalage et d’aspirer le public vers d’autres lieux, des évènements oubliés, vers des espaces urbains en marge (banlieue, lieux éphémères…). C’est aussi…créer, susciter des communautés éphémères, confronter les visages de la ville ; stimuler des rencontres et l’appropriation du territoire lorsqu’il est plus ouvert, délié, lorsqu’on a envie de le reconquérir. Mais c’est avant tout un état d’esprit, une griffe, un label d’opération initié par l’IVM.
Le principe poétique, totem d’une réflexion sur la nuit, prend une valeur citoyenne. C’est dans la finesse de son application que le projet se déploie.

Pour en savoir plus. Téléchargez la présentation Troll



Noctambulle, un premier test
à Belfort


Parmi les idées générées dans les traversées de nuit, Noctambulle a retenu l’attention. Il propose un service de transports en commun biodégradable pour desservir les événements culturels et festifs de la nuit parisienne. La qualité des transports publics de nuit se voit améliorée tant à l’intérieur du Noctanbulle par le biais d’un accueil, d’animations, de bornes Internet …que par le biais d’une interface entre différents quartiers de la ville. Naturellement, le Noctambulle peut se décliner dans l’esprit Troll.
Un pré-test a déjà été organisé sur l’opération « Nuit de la cabine », soirées d’intégration des 5000 étudiants de l’Aire urbaine Belfort Montbéliard le 8 octobre 2003 et évaluation.