Actualité
city on the move…


Du côté des associations …

Lancée et soutenue depuis 2003 par l’Institut pour la ville en mouvement, la plate-forme « Mobilités pour l’insertion ! » est avant tout conçue comme un lieu d’échange d’expériences et de connaissances. Une sorte de « pause dans le temps » pour les associations où réflexion et initiatives se mêlent entre les 6 associations partenaires engagées quotidiennement sur le terrain.

Aujourd’hui et après une première année d’actions sur le terrain, un premier bilan opérationnel peut être tiré.

-Bilan-

La plate-forme « mobilités pour l’insertion », engagée depuis plusieurs mois dans sa seconde phase sous la forme d’un échange d’expériences entre les six associations investies dans le projet, permet aujourd’hui  un premier bilan opérationnel.
Les six actions ont été conduites selon les quatre grands axes d’accompagnement à la mobilité  suivants :

Diagnostic mobilité individuel et accompagnement vers une mobilité autonome 
Accompagnement vers le permis de conduire
Mise à disposition de véhicules deux ou quatre roues
Transport à la demande

Le projet « Rayon d’Action » initié par la Fédération des Maisons de Quartier de Saint-Nazaire en matière de diagnostic mobilité individuel et d’accompagnement a mûri et apporte une aide précieuse aussi bien aux bénéficiaires de l’action qu’aux autres associations partenaires ou aux travailleurs sociaux. Au-delà de l’apprentissage de la mobilité autonome (maîtriser un vélo, lire une carte, se repérer dans la ville, prendre les transports collectifs…), cette action a innové en mettant en évidence de façon de plus en plus récurrente les difficultés auxquelles sont confrontées les travailleurs sociaux en général face à un besoin en mobilité.


Ainsi, il est probable que le test initial à la mobilité développé par les acteurs de Saint-Nazaire soit progressivement intégré à l’ensemble des actions menées par la Plate-forme Mobilités pour l’Insertion. Le recours à cet outil facilitera notamment l’orientation des bénéficiaires vers la formation ou les modalités d’accompagnement motorisé les plus appropriés.




La mobilité comme pilier d’un parcours d’insertion

Les projets d’accompagnement au permis de conduire, portés par le CIDF-BAIE et la Fédération Léo Lagrange à Nancy, d’une part, et par la Mission Locale du Pays Royannais, d’autre part, ont obtenu leurs premiers – bons – résultats.

Sur 12 femmes engagées dans l’action « Permis de conduire, permis de construire sa vie » à Nancy, 8 ont déjà obtenu le code et sont presque toutes aptes à passer l’examen du permis. Pour plusieurs d’entre elles, un projet professionnel, dont le développement est prévu dans l’action, a démarré, visant à court terme l’obtention d’un CDD ou d’un CDI.

A Royan, 54 personnes, jeunes de moins de 26 ans ou bénéficiaires du RMI, ont pu suivre assidûment la formation permis de conduire depuis un an. 25 personnes ont déjà obtenu le code et 14 le permis de conduire. Ces dernières ont systématiquement trouvé en emploi en quelques semaines, parfois en quelques jours, preuve que le permis de conduire reste un sésame indispensable pour sortir de l’exclusion.

De son côté, AIL 46 prend de plus en plus de responsabilités dans le département du Lot. La demande de location à très bas prix de véhicules 2 et 4 roues ne cesse d’augmenter, et AIL 46 se positionne avec l’aide de ses partenaires et en particulier du Conseil Général du Lot comme un acteur mobilité à part entière sur son territoire, en complément des modes et moyens existants. Ce sont ainsi cinq nouvelles antennes qui devraient voir le jour en six mois pour répondre aux nombreux besoins en mobilité de personnes en difficulté sur le département.  
Enfin, les projets de transport à la demande (TAD)  portés par ATAD dans l’Essonne et l’AFEJI sur le bassin d’emploi de Dunkerque, en pays rural, continuent de se développer.

ATAD est ainsi sollicitée de toutes parts sur un département dont les acteurs sociaux prennent de plus en plus conscience de la nécessité d’intégrer la mobilité, au même titre que le logement, la santé et la formation, comme pilier d’un parcours d’insertion.

ATAD ne vise pas le transport de personnes, mais bien de l’accompagnement social. Depuis le lancement du service en 2002, plus de 300 personnes ont bénéficié de cet accompagnement global dans leur parcours d’insertion, gratuitement et sans limite de durée et le service TAD a déjà parcouru plus de 175 000 km. De nombreuses antennes sont envisagées, dans le but de créer un véritable réseau TAD pour les personnes en difficulté sur le département.

Le Pôle Emploi de l’AFEJI a connu de son côté un développement exponentiel de son activité TAD. En un an, plus de 250 personnes ont bénéficié du service, 170 000 km ont été parcourus, 163 communes différentes desservies, sur un territoire distendu très peu pourvu en moyens de transport.

L’AFEJI pourrait ainsi à court terme piloter un projet de Plate-forme Mobilité en pays rural, intégrant un ensemble de services et proposant un accueil par numéro vert.




Et en 2005…

L’ensemble de ces actions démontrent ainsi, par leur dynamisme, leur capacité d’innovation et la qualité de leur contenu et de leurs résultats, que les problématiques que l’IVM a choisi de prendre en compte depuis trois ans avec ses partenaires associatifs sont plus que jamais d’actualité.

Pour rendre compte de ce travail collectif, un ouvrage conduit sous la direction d’ Eric Le Breton, Sociologue, maître de conférence à l’Université Rennes, fera la synthèse, à travers  des témoignages d’expériences, des récits vécus et une approche scientifique et pratique de ces trois années d’actions et de recherches.

La Plate-forme et ses acteurs, dont la mobilisation suscite de nombreux intérêts auprès d’autres associations, de collectivités ou d’interlocuteurs privés, sont par ailleurs régulièrement sollicités.

U
n réseau d’acteurs est ainsi en cours de constitution dans le but de favoriser les échanges d’expériences et de faciliter le développement d’actions similaires partout où les besoins sont identifiés.

Douze autres associations expérimentées et innovantes ont ainsi été rencontrées, dont les actions ont été analysées et décrites.

Dans ce contexte, le projet vise pour la fin 2005 l’organisation d’un Forum Mobilités pour l’Insertion. Il réunira à l’automne les responsables d’association qui innovent, inventent des solutions de mobilité sur le terrain, souhaitent développer des actions efficaces et réfléchir ensemble sur les manières de faire. 

Parallèlement et afin de poursuivre les recherches engagées dans le champ de la mobilité quotidienne et de l’exclusion sociale, l’Institut pour la ville en mouvement  participe, sous la direction de Jean-Pierre Orfeuil,  professeur à l’Institut d’Urbanisme de Paris et président de la Chaire universitaire de l’IVM, à un vaste programme international de recherche piloté par l’Université de Westminster avec l’Université de Berkeley, sur les dispositifs d’aide aux mobilités pour l’insertion mis en œuvre en Europe et aux Etats-Unis.

Institut pour la ville en mouvement
10, rue des Halles, 75001 Paris, France, tél: 33 (0)1 53 40 95 60, fax: 33 (0)1 53 40 95 61